En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour améliorer votre expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus

Financez l'économie réelle du pays

tiret

Bolden vous permet de prêter directement à des PME françaises établies ou en phase de développement, aux côtés d'investisseurs particuliers et institutionnels. En tant que particulier ou personne morale, vous avez accès aux prêts Bolden Lending qui ont une durée de 1 à 5 ans, sont amortissables et sont rémunérés à taux fixe.

avatanges

Avantages prêteurs

100% gratuit
Taux fixes
Transparent
Intérêts versés à échéances fixes

Simulez vos gains avec Bolden

Simulez vos gains avec Bolden

Montant de votre prêt

100€

10 000€

Durée de votre prêt

6 mois

5 ans

Risque de votre prêt

i

€ sur mois, risque C

Recevez € (+ €)


Ils ont prêté sur Bolden

tiret
Xavier Millin

Les prêteurs y trouvent leur compte, prêtant à des taux attractifs qui rémunèrent le risque encouru, et pouvant choisir un projet et un chef d'entreprise en fonction de critères très personnels.

Xavier Millin, Business Angel

Edouard Baduel

J'aime l'idée d'accompagner une entreprise au quotidien et surtout de participer de manière concrète à l'économie du pays. Avec Bolden, j'ai trouvé un placement rentable, facile à comprendre et que je maîtrise sans investir des sommes trop importantes.

Edouard Baduel, Prêteur

testimonial

Xavier Millin

Business Angel

testimonial

Edouard Baduel

Prêteur

Choisissez votre formule d'investissement

Formule #1

Choisissez et gérez vos prêts

Vous sélectionnez directement les PME auxquelles vous prêtez et vous constituez le portefeuille de prêts de votre choix.

ou

tiret

Formule #2 | Recommandé

Investissement automatique

Ce service gratuit vous permet de prêter automatiquement aux PME en fonction des critères prédéfinis. Vous diversifiez votre portefeuille de prêts sans effort.

Questions fréquentes

tiret

Investir dans des PME : quels sont les risques ?

arrow

Investir dans des PME comporte des risques : risque de perte en capital en cas de défaillance d’une PME, risque de non-paiement des intérêts, risque d’illiquidité (immobilisation de votre épargne et impossibilité à vendre les prêts effectués), ainsi que des risques liés aux activités des emprunteurs. Plus le taux est élevé, plus le risque de perte est important.

Les entreprises sont rigoureusement sélectionnées par Bolden, mais malgré tous nos efforts, le risque zéro n’existe pas. Nous vous recommandons donc de diversifier vos placements sur plusieurs projets.

Si une échéance de remboursement n’est pas honorée, Bolden vous averti et contacte l’emprunteur pour recouvrer ou rééchelonner la dette si nécessaire. Si aucune solution n’est trouvée, Bolden mandate une Agence de recouvrement.

En cas de cessation d’activité de Bolden, notre prestataire de services de paiement S-money, assure contractuellement le remboursement par les PME des prêts existants jusqu’à leur échéance.


Quelle est la réglementation ?

arrow

Notre système de paiement et de gestion des comptes de monnaie électronique est opéré par S-money, filiale du groupe Natixis. S-money est un établissement de monnaie électronique agréé en France par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sous le code banque (CIB) n°16528 pour émettre et gérer de la monnaie electronique et fournir des Services de paiement dans le cadre des articles L526-1 et suivants du CMF(Code monétaire et financier).

Bolden IFP, filiale de Bolden SAS, est inscrite au registre de l’ORIAS en tant qu’intermédiaire en financement participatif (IFP), immatriculation n°17000304


Quelle est la fiscalité ?

arrow

Pour un particulier résident fiscal en France, les intérêts que vous recevez chaque mois sont des "produits de placement à revenu fixe", soumis au prélèvement forfaitaire unique ("PFU"). Bolden effectue ainsi une retenue de 30% sur les intérêts qui vous sont versés, retenue constituée d'un prélèvement au titre de l'impôt sur les revenus (12,8%) et de prélèvements sociaux (17,2%).

Vous pourrez opter, au moment de votre déclaration de revenus, pour une imposition au barème progressif. Cela est intéressant si votre taux marginal d'imposition est inférieur à 12,8%.

La dispense du règlement de l'acompte d'impôt sur le revenu est possible si le revenu fiscal de référence de votre foyer fiscal de l'année précédente (indiqué sur votre avis d'imposition) est :
- inférieur à 25 000 € si vous êtes célibataire, divorcé ou veuf,
- inférieur à 50 000 € si vous êtes soumis à une imposition commune.

Cette demande est disponible ici et doit nous être adressée par mail (support@bolden.fr) ou courrier (Adresse : Bolden - 9 rue Christophe Colomb 75008 Paris) avant le 30 novembre de l'année concernée. Une fois validée, nous vous verserons vos intérêts en ne déduisant que les prélèvements sociaux (à hauteur de 17,2%).


Comment se déroule le recouvrement ?

arrow

Les échéances de prêts sont remboursées par nos Emprunteurs par prélèvements mensuels qui interviennent à date fixe. Dès notification du rejet d’un prélèvement, l’emprunteur est immédiatement contacté pour convenir de la régularisation de son échéance impayée, au plus tard pour la fin du mois. A ce stade, et jusqu’à la fin du mois, le prêt est considéré en retard.

Nos Emprunteurs sont majoritairement joignables dans les 2 jours maximum et réagissent par l’envoi d’un virement avant la fin du mois. Si la régularisation de l’arriéré ne peut intervenir avant la fin du mois, le dossier de prêt est considéré en incident de paiement (30 jours).

Le recouvrement des impayés est confié à notre Agence de recouvrement si l’emprunteur cumule 2 échéances impayées (60 jours), et qu’aucun arrangement ne peut être validé.

L’Agence de recouvrement va tenter le recouvrement amiable pendant 60 jours, s’assurant d’une part de la régularisation de l’arriéré et d’autre part du paiement des échéances courantes. En cas d’échec, la résiliation du prêt est prononcée. Cela signifie que le capital restant dû devient immédiatement exigible en plus des échéances impayées. A ce stade, le dossier de prêt est en défaut.

Bolden reste tributaire des délais de la procédure dans les actions engagées. Ces délais peuvent varier d’une juridiction à l’autre. La défense des intérêts des prêteurs reste un objectif majeur. Aussi la négociation d’un protocole d’accord entériné par le Juge peut être une alternative pour minimiser le risque de perte, et accélérer le recouvrement de la créance. Le protocole d’accord consiste en un réaménagement des conditions de remboursement c’est-à-dire par la détermination d’un nouvel échéancier.

En fonction de la solvabilité de l’Emprunteur et des actifs recensés, la prise de garanties réelles, telles qu’un nantissement par exemple, peuvent entrer dans la négociation. Toute somme recouvrée à postériori, c’est-à-dire dans le cadre de la phase judiciaire, sera réglée à due proportion à l’ensemble des prêteurs selon un rythme mensuel.

En cas de procédure collective, la créance est déclarée auprès du Mandataire Judiciaire par Bolden au nom de l’ensemble des prêteurs qu’elle représente. Le prêt est considéré en défaut à ce stade. Aucun prélèvement ne peut plus être effectué sur le compte bancaire de l’Emprunteur, et aucun recouvrement direct auprès de son gérant n’est possible.

Un prêt dont le remboursement se passe normalement peut donc être classé en défaut sans passer par les phases de recouvrement précédemment décrites.

La probabilité de recouvrement de la créance est variable, selon s’il s’agit d’une liquidation judiciaire ou d’un redressement judiciaire. Dans le premier cas, le certificat d’irrécouvrabilité fourni par le mandataire judiciaire atteste la perte définitive de la créance. Dans le second cas, un plan est établi pour le remboursement des dettes. Dans cette dernière hypothèse, Bolden, comme les autres créanciers, est soumis aux délais de la procédure pour connaître les conditions de remboursement de la créance.

Les évènements décrits ci-dessus et qui interviendront dans la vie du dossier font l’objet d’une communication mensuelle à destination des prêteurs concernés. Les prêts en défaut soumis à une procédure plus longue peuvent faire l’objet d’une communication moins régulière en fonction des délais de la justice.


Comment déduire les pertes ?

arrow

Les pertes en capital constatées sur les prêts participatifs consentis depuis le 1er Janvier 2016, peuvent être imputées sur les intérêts générés par les autres prêts participatifs ou minibons au cours de la même année ou des 5 années suivantes. Ce dispositif d'imputation des pertes en capital est étendu aux minibons souscrits depuis le 1er Janvier 2017, dans la limite de 8 000 € au titre d'une même année.

Le cas échéant, Bolden vous notifie et met à votre disposition une copie du certificat d'irrecouvrabilité, à conserver comme justificatif. En effet, sur demande de l'administration, le contribuable doit pouvoir fournir :
- La copie des différents contrats de prêts concernés (prêt ayant fait défaut et autres prêts participatifs ayant généré des intérêts sur lesquels est imputée la perte en capital)
- Les justificatifs des procédures mises en œuvre pour recouvrer la créance et le montant pris en charge au titre des garanties du prêt
- Eventuellement, l’extrait du jugement de liquidation judiciaire de la société.